mardi 14 juin 2011

15 JUIN 2011 : LE JOUR LE PLUS LONG SE LEVE SUR L’ACROPOLE…

Mes fidèles amis, vous à qui je dois tout, je suis avec vous en pensée à l’aube de ce jour où vous avez décidé de reprendre votre nation en mains. Bientôt je redeviendrai citoyenne athénienne, à la fin de ce mois de juin 2011, trente-sept ans presque jour pour jour après la première fois où je foulai le sol de la liberté hellénique, trois semaines avant la chute des colonels qui la gardaient en otage depuis sept longues années. J’ai tourné avec vous la page de la dictature, je tournerai avec vous la page de la partitocratie et ensemble nous ressusciterons la démocratie, à jamais. Tel mon compatriote breton Chateaubriant venu à votre secours pour vous soutenir et vous aider à vous défaire du joug multiséculaire des Ottomans, je suis à vos côtés pour vous aider à vous débarrasser du joug de la partitocratie dynastique. Chateaubriant décrivait ainsi Athènes au soleil levant :


« Il faut maintenant se figurer tout cet espace tantôt nu et couvert d’une bruyère jaune, tantôt coupé par des bouquets d’oliviers, par des carrés d’orge, par des sillons de vignes ; il faut se représenter des fûts de colonnes et des bouts de ruines anciennes et modernes  sortant du milieu des cultures ; des murs blanchis et des clôtures de jardins traversant les champs : il faut répandre dans la campagne des Albanaises qui tirent de l’eau ou qui lavent à des puits les robes des Turcs ; des paysans qui vont et viennent, conduisant des ânes ou portant ou portant sur leur dos des provisions à la ville ; 

il faut supposer toutes ces montagnes dont les noms sont si beaux, toutes ces ruines si célèbres, toutes ces îles, toutes ces mers non moins fameuses éclairées d’une lumière éclatante. J’ai vu du haut de l’Acropolis, le soleil se lever entre les deux cimes du mont Hymette ; les corneilles, qui nichent autour de la citadelle mais qui ne franchissent jamais son sommet, planaient au-dessous de nous ; leurs ailes noires et lustrées étaient glacées de rose par les premiers reflets du jour ; des colonnes de fumée bleue et légère montaient dans l’ombre le long des flancs de l’Hymette et annonçaient les parcs ou les chalets des abeilles ; Athènes, l’Acropolis et les débris du Parthénon se coloraient de la plus belle teinte de la fleur du pêcher ; les sculptures de Phidias, frappées horizontalement d’un rayon d’or, s’animaient et semblaient se mouvoir sur le marbre par la mobilité des ombres du relief ; au loin, la mer et le Pirée étaient tout blancs de lumière ; et la citadelle de Corinthe, renvoyant l’éclat du jour nouveau, brillait sur l’horizon du couchant comme un rocher de pourpre et de feu.

Du lieu où nous étions placés, nous aurions pu voir, dans les beaux jours d’Athènes, les flottes sortir du Pirée pour combattre l’ennemi ou pour se rendre aux fêtes de Délos ; nous aurions pu entendre éclater au théâtre de Bacchus les douleurs d’Oedipe, de Philoctète et d’Hécube ; nous aurions pu ouïr les applaudissements des citoyens aux discours de Démosthène. 

Mais hélas ! aucun son ne frappait notre oreille. A peine quelques cris échappés à une populace esclave sortaient par intervalles de ces murs qui retentirent si longtemps de la voix d’un peuple libre. Je me disais, pour me consoler, ce qu’il faut se dire sans cesse : Tout passe, tout finit dans ce monde. Où sont allés les génies divins qui élevèrent le temple sur les débris duquel j’étais assis ? ce soleil qui peut-être éclairait les derniers soupirs de la pauvre fille de Mégare, avait vu mourir la brillante Aspasie. Ce tableau de l’Attique, ce spectacle que je contemplais, avait été contemplé par des yeux fermés depuis deux mille ans. Je passerai à mon tour : d’autres hommes aussi fugitifs que moi viendront faire les mêmes réflexions sur les mêmes ruines». 

Athènes au soleil levant, le 15 juin 2011, recueille les derniers soupirs des partitocrates corrompus qui ont voulu vous ravir la lumière de la nature comme celle de l’esprit hellénique. Et lorsque vous l’aurez récupérée cette lumière, faites en sorte qu’elle inonde à nouveau tous les Européens, qu’elle unisse les peuples esclaves de la modernité sous la bannière éclairée de la démocratie hellénique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.